Passer au contenu principal

Mesures que prend la Canada Vie pour vous soutenir en cette période de COVID-19. En savoir plus

Votre navigateur Web est désuet. Pour une expérience optimale, utilisez un navigateur moderne comme Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Idées et conseils

Précieux conseils pour le retour au travail dans l’après-COVID-19

23 novembre, 2020

Partager

  • Selon un sondage mené par KMPG, 54 % des Canadiens ressentent de l’anxiété à l’idée de retourner au bureau
  • Le retour au travail peut susciter une gamme d’émotions, soit du soulagement et de l’enthousiasme ou encore du stress et de l’anxiété 
  • En plus de suivre les lignes directrices en matière de santé, donner priorité à votre mieux-être mental peut vous aider à vous sentir plus à l’aise au moment de retourner au travail  

D’après Statistique Canada, 40 % de la main d’œuvre canadienne s’est retrouvée en télétravail lorsque les restrictions de confinement ont été mises en place2. Maintenant que l’année tire à sa fin, bien des gens se demandent à quoi leur milieu de travail ressemblera en 2021.

L’idée de retourner au bureau peut causer de l’anxiété chez de nombreux employés. Dans certains cas, c’est l’idée d’être dans l’édifice en soi, d’utiliser des aires communes comme la salle à manger ou un ascenseur achalandé, ou encore de participer à des réunions en personne. D’autres personnes s’inquiètent à l’idée de prendre le transport en commun ou de se procurer un repas à un restaurant à proximité.

Si vous ressentez de l’anxiété en raison du retour au travail, voici quelques étapes à suivre pour vous aider à la gérer.

Préparez-vous avec votre famille

Votre retour au bureau aura un impact sur tous les membres de votre famille. Peut-être avez-vous un animal de compagnie qui est habitué de toujours vous avoir à ses côtés, en particulier si vous l’avez adopté durant le confinement. Vous avez peut-être aussi des enfants qui sont habitués de vous voir travailler à la maison. Le fait d’avoir une conversation ouverte et honnête avec eux peut atténuer la peur de l’inconnu et vous aider à vous adapter à ce changement de routine ensemble.

Demandez à votre employeur à quoi ressemble la politique en matière de retour au travail

Des études ont démontré que la peur de l’inconnu peut augmenter l’anxiété considérablement. L’anxiété face à l’incertitude, qu’on appelle « anxiété anticipatoire », peut susciter des sentiments d’accablement et d’impuissance. Afin d’amoindrir cette incertitude, demandez à votre patron à quoi ressemblera le retour au travail.

Voici des exemples de questions que vous pouvez lui poser :

  • Est-ce que tous les employés retourneront au bureau en même temps, ou est-ce que le retour se fera graduellement?
  • Combien d’employés retourneront au bureau en même temps?
  • Est-ce que des modifications physiques ont été apportées à l’environnement de travail?
  • Est-ce que des mesures comme le port d’un couvre-visage et la distanciation sociale seront imposées? Y aura-t-il d’autres mesures de sécurité en place?
  • Allez-vous fournir de l’équipement de protection individuelle, comme des masques?

Parlez du retour au travail avec vos collègues

Vous voudrez peut-être partager comment vous vous sentez et parler de stratégies concernant le navettage et le maintien d’une distance sécuritaire au bureau, entre autres. Que ce soit lors d’une rencontre prévue ou d’une conversation informelle, le fait de partager ces expériences peut aider à atténuer le stress. Cela vous donne aussi l’occasion d’apprendre et de vous appuyer l’un et l’autre.

Donnez-vous du temps pour vous adapter

Tout comme le confinement et les mois qui ont suivi, le retour au travail représente une période d’ajustement et vous devez vous adapter. Prenez une journée à la fois, attendez-vous à ce que de simples tâches prennent un peu plus de temps, et évitez de vous fâcher ou d’être frustré avec vous-même si les choses ne semblent pas « normales » tout de suite.

Gérez aussi l’anxiété non liée à la COVID

Outre les soucis liés à la COVID, vous ressentez peut-être un sentiment général d’inquiétude à l’idée de retourner au bureau après une absence prolongée.

Vous devrez peut-être travailler avec de nouveaux collègues qui ont été embauchés durant la période de télétravail, ou vous découvrirez peut-être que d’anciens collègues ont été mis à pied ou ont quitté la compagnie. Peut-être que vous êtes habitué à travailler en solo et que vous appréhendez les interactions en groupes.

Peut-être aussi que votre environnement physique ne sera plus comme avant à cause de rénovations ou modifications effectuées durant le confinement.

Les gens composent avec le changement de diverses manières. Essayez d’identifier la méthode d’adaptation au changement que vous avez tendance à utiliser pour que vous puissiez consulter des ressources pouvant vous aider à vous ajuster à votre nouvel environnement de travail.

Pour terminer :

  • Fiez-vous seulement à des sources d’information dignes de confiance. Communiquez ouvertement avec l’équipe de gestion au sujet de choses comme la politique de retour au travail et les changements qui pourraient survenir à mesure que la pandémie évolue. Essayez d’éviter le commérage et les rumeurs pouvant contribuer à l’anxiété anticipatoire.
  • Gérez vos attentes. L’expérience à laquelle vous vous attendez quand vous retournerez au bureau pourrait être très différente de la réalité. Impossible d’imaginer à quoi votre routine ressemblera avant d’en arriver là. Attendez-vous à ce que les premières semaines soient un peu stressantes et à ce que les choses soient plus faciles par la suite. Pour gérer vos attentes, donnez-vous de l’espace et le temps qu’il faut quand vous devez composer avec une réponse émotionnelle ou devez vous ajuster à des choses comme des changements dans votre environnement.
  • Célébrez les petites étapes. Pour beaucoup d’entre nous, le retour au travail dans l’après-COVID sera un événement marquant. Célébrer les petites étapes ou « victoires » en cours de route peut aider à augmenter votre confiance et à améliorer le moral au sein de votre équipe, par exemple : le simple fait d’avoir pu tolérer le navettage, l’achèvement de votre première journée ou première semaine au bureau, ou l’accomplissement de vos tâches.

Partager