Passer au contenu principal

Mesures que prend la Canada Vie pour vous soutenir en cette période de COVID-19. En savoir plus

Idées et conseils

Ne laissez pas les émotions guider votre programme de placement

Partager

Quand il est question d’investir, deux choses sont certaines : les marchés fluctuent et investir dans ces marchés comporte des risques.

Investir peut être une expérience chargée d’émotions – après tout, vous investissez votre argent durement gagné pour atteindre vos objectifs financiers –, mais il est important de ne pas laisser les émotions guider votre stratégie de placement. N’oubliez pas que même les professionnels du domaine ne sont pas en mesure de prédire quand les cours monteront ou reculeront. Même si les marchés baissent inévitablement, ils ont aussi tendance à remonter, et vous avez tout intérêt à être présent quand ça va arriver. D’où l’importance d’élaborer un programme de placement robuste et de le respecter à long terme.

É‏vitez les décisions émotionnelles dans vos placements

Travailler avec votre conseiller pour vous munir d’un bon programme de placement peut vous aider à empêcher vos émotions (euphorie des marchés en hausse et peur ou panique des marchés en baisse) de guider vos placements et de prendre le dessus sur votre raisonnement rationnel.

Vous vous souvenez de la règle « acheter quand les cours sont faibles, vendre lorsqu’ils sont élevés »? Des études révèlent que l’investisseur moyen cède à l’enthousiasme entourant une société, prend le train en marche et achète son action lorsqu’elle se porte bien (autrement dit, il achète lorsque le cours est élevé). Puis, quand le cours de l’action recule, le même investisseur panique et s’en débarrasse (il vend quand le cours est faible).1 Le fait d’avoir un programme en place vous aide à éviter d’investir sous le coup de l’émotion et à plutôt conserver vos placements à long terme. En fait, céder à vos émotions peut être risqué en soi. Un programme peut aussi vous aider à vous prémunir contre les risques associés aux placements, de sorte que vous pouvez vous concentrer sur la croissance à long terme, sans laisser vos émotions prendre le dessus.

APERÇU : Ce graphique, qui illustre le rendement basé sur les cours de l’indice composé S&P/TSX de janvier 2004 à décembre 2018, montre une trajectoire à la hausse des marchés, mais aussi la volatilité des marchés, les réactions émotives des investisseurs et les réactions illogiques affichées en cours de route.   VALEURS :  Valeurs numériques présentées dans l’image :  Il n’y a pas de valeurs numériques figurant sur l’image.  PRÉSENTATION :  Le graphique linéaire représente la valeur de l’indice S&P/TSX. Les émotions positives sont représentées sur la ligne de tendance positive tandis que les émotions négatives sont représentées sur la ligne de tendance négative.

Comment puis-je éviter d’investir sous le coup de l’émotion?

Pour observer les marchés tout en gardant votre calme, il est important de travailler avec votre conseiller et d’investir selon votre volonté et votre capacité de prendre des risques. Le premier porte sur votre tendance à vous inquiéter de vos placements, et le second, sur votre capacité de résister à la perte financière en cas de repli important sur le marché.

Voyons certaines des stratégies pouvant vous aider à garder la tête froide à l’égard des placements.

Achats périodiques par sommes fixes

Avec les achats périodiques par sommes fixes, vous vous entendez avec votre conseiller sur des cotisations prédéterminées (du même montant chaque fois) qui auront lieu à intervalles réguliers. Par exemple, vous pourriez déterminer avec votre conseiller que vous devriez cotiser à hauteur de 50 $ toutes les deux semaines.

En faisant des cotisations périodiques, vous investissez à différents moments du cycle de marché. Quand le marché est en hausse, vos cotisations vous valent des gains. Et comme vous investissez une somme fixe, vous vous trouvez à acheter moins d’unités quand les cours sont élevés. Quand le marché recule, vous en achetez plus, à un prix inférieur. Vous suivez ainsi la règle « acheter quand les cours sont faibles, vendre lorsqu’ils sont élevés ».

Si, au lieu de cotiser une fois ou deux par année à vos placements, vous avez plutôt recours aux achats périodiques par sommes fixes, ça vous aidera à investir à toutes les étapes du cycle du marché, ce qui neutralise l’effet de la volatilité à court terme du marché élargi. Quand vous gardez le cap, vous mettez les chances de votre côté d’obtenir des rendements supérieurs à long terme.

Diversification

La diversification est une autre stratégie qui peut vous éviter d’investir sous le coup de l’émotion. Vous pouvez voir la diversification sous deux angles :

  1. Type de placement. Les types de placements renvoient aux instruments de placement dans lequel vous investissez. Détenir différents placements (comme les actions, les obligations, les titres hypothécaires, les placements immobiliers et les instruments de trésorerie – qui se retrouvent tous dans les fonds communs de placement et les fonds distincts) est un moyen de diversifier votre portefeuille. Investir dans différents secteurs, industries, régions et pays en est un autre. En investissant dans des types de placement variés, vous évitez simplement de mettre tous vos œufs dans le même panier.
  2. Répartition de l’actif. La répartition de l’actif s’entend de la façon dont votre portefeuille de placements est ventilé entre divers types de placement. Les portefeuilles financiers sont traditionnellement divisés en trois grandes catégories : actions, placements à revenu fixe (y compris les obligations) et instruments de trésorerie.
  • Les actions sont généralement des titres émis par des sociétés cotées en bourse. Elles offrent la possibilité de rendements plus élevés, moyennant un risque supérieur. C’est attribuable au fait que le marché boursier (où sont négociées les actions) peut être instable.
  • Les placements à revenu fixe offrent un moins grand potentiel de hausse, mais sont généralement plus stables. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne les obligations d’État ou les obligations de sociétés de premier ordre.
  • Les instruments de trésorerie et équivalents de trésorerie, comme les dépôts à terme, offrent une croissance limitée, mais garantie. Ce sont des instruments sûrs dans lesquels on peut laisser l’argent pour réaliser des objectifs à court terme, comme l’achat d’une maison.

En combinant ces catégories dans la répartition de l’actif de votre portefeuille, vous avez la possibilité d’accroître vos rendements et de réduire votre risque associé à la volatilité du marché. Votre stress pourrait s’en trouver réduit, et votre potentiel de réussite accru dans vos placements à long terme.

Il faut éviter de croire que la diversification se résume à la sélection de différentes actions et obligations. C’est plutôt une stratégie consistant à varier non seulement les types de placements, mais aussi la répartition de l’actif pour maximiser les rendements et réduire le risque que vous assumez.

Garder vos objectifs bien en vue

Les marchés des capitaux varient peut-être au jour le jour, mais, l’histoire le confirme, ils remontent au fil du temps. Si vous établissez un programme de placement et que vous vous concentrez sur la croissance à long terme, il est moins probable que vous vous inquiétiez ou réagissiez sous le coup de l’émotion quand les marchés connaissent des fluctuations à court terme.

La bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas à faire tout ça seul. Discutez avec votre conseiller pour vous munir d’une saine stratégie de placement. Vous pourriez ainsi passer moins de temps à penser à l’argent (ou pire, à vous en inquiéter) pour plutôt avoir confiance en vos placements.

 

Ces renseignements sont de nature générale et visent uniquement à informer. Il est recommandé de consulter un conseiller juridique, comptable ou fiscal pour une situation particulière.

Partager