Idées et conseils

Cinq mesures financières pour aider les nouveaux parents

Partager

Soyez prêts financièrement à devenir de nouveaux parents en adoptant ces mesures

Même si les finances personnelles ne sont peut-être pas aussi prioritaires pour vous que de récupérer un peu de sommeil, voici cinq éléments importants à prendre en considération lorsque vous revenez à la maison pour la première fois avec votre petit bout de chou.

  1. Le numéro d’assurance sociale (NAS)

    Pour mettre en place un régime enregistré d’épargne-études (REEE) au nom de votre enfant et afin de lui permettre de travailler au Canada dans l’avenir, votre enfant aura besoin d’un numéro d’assurance sociale (NAS). La plupart des provinces offrent un service d’enregistrement de nouveau-nés Ouvre un nouveau site dans une nouvelle fenêtre    - S’ouvre dans une nouvelle fenêtre qui permet de faire la demande d’un NAS en même temps que l’enregistrement de naissance. En Colombie-Britannique et en Ontario, il est possible de soumettre une demande pour l’acte de naissance simultanément.

  2. La priorité au bébé – sans oublier vos autres objectifs financiers

    Avoir des enfants peut coûter cher : la nourriture, les services de garde et les droits de scolarité ne sont que quelques-unes des dépenses à ajouter à votre budget. Les nouveaux parents donnent souvent la priorité à ces nouvelles dépenses plutôt qu’à leurs propres objectifs financiers, comme l’épargne visant une maison, un véhicule ou des vacances. N’oubliez pas le principe qui dit que vous devriez vous payer en premier et tirer parti de la capitalisation des intérêts (amasser des intérêts à partir des intérêts déjà accumulés) afin de faire croître votre épargne.

  3. Commencez à épargner en vue des études postsecondaires

    Considérant qu’au Canada, l’étudiant moyen de premier cycle qui est aux études à temps plein paie des droits de scolarité annuels de près de 6 000 $1, les études postsecondaires peuvent constituer une importante dépense. Un régime enregistré d’épargne-études (REEE) peut vous aider à atteindre cet objectif. Non seulement votre argent fructifie à l’abri de l’impôt dans le régime, mais le gouvernement contribue à l’épargne au moyen de subventions considérables.

  4. Planifiez l’imprévisible pour protéger la sécurité financière de votre famille

    Ce n’est pas un sujet facile à aborder. Mais il vous faut veiller à ce que les besoins financiers de votre famille soient pris en charge si votre conjoint ou vous-même décédiez de façon inattendue. Afin d’estimer le montant d’assurance vie dont vous auriez besoin, calculez le montant manquant pour rembourser votre prêt hypothécaire, financer les études postsecondaires de votre enfant et combler la perte de revenu.

    Vous pouvez aussi prendre en considération ces éléments de base de la planification successorale qui touchent les nouveaux parents:

    • Dresser un inventaire des actifs et passifs à conserver en lieu sûr, dont l’accès est limité à une personne de confiance
    • Examiner vos polices d’assurance et, au besoin, mettre à jour la désignation des bénéficiaires
    • Rédiger un testament dans lequel vous précisez le nom du tuteur de l’enfant
  5.  Faites un budget pour l’arrivée de bébé

    Les ressources financières requises pour subvenir aux besoins d’un bébé ne sont pas très considérables. Toutefois, à mesure que l’enfant grandit, des dépenses imprévues – comme l’augmentation des primes d’assurance maladie – peuvent prendre les parents par surprise. Voilà pourquoi il importe de faire un budget dès maintenant. Le fait de créer une catégorie relative à votre enfant et d’y consigner toutes les dépenses liées aux soins des enfants vous permet de savoir facilement combien vous dépensez à cet égard.

La planification de votre budget est un excellent moyen de gérer les défis qui touchent les nouveaux parents.

 

1 Statistiques Canada, « Frais de scolarité universitaires, 2014-2015    - S’ouvre dans une nouvelle fenêtre »

Partager