Passer au contenu principal

Mesures que prend la Canada Vie pour vous soutenir en cette période de COVID-19. En savoir plus

Votre navigateur Web est désuet. Pour une expérience optimale, utilisez un navigateur moderne comme Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Idées et conseils

Façons d’utiliser l’allocation canadienne pour enfants (ACE)

Juin 2022 – Temps de lecture : 15 min

Key takeaways

  • L’ACE est une prestation offerte par l’État pour aider à subvenir aux besoins des enfants.

  • Elle est destinée en premier lieu à l’achat de la nourriture, des vêtements et d’autres besoins liés aux enfants.

  • Il est également possible d’utiliser l’ACE en l’investissant ou en souscrivant une assurance vie pour donner à votre enfant un bon départ financier.

Partager

Qu’est-ce que l’allocation canadienne pour enfants (ACE)?

L'ACE est une prestation offerte par l’État pour aider les familles canadiennes à subvenir aux besoins de leurs enfants. Elle consiste en un versement mensuel non imposable offert aux parents admissibles qui ont des enfants de moins de 18 ans. Elle n’est pas considérée comme un revenu imposable.

Excellentes façons d’utiliser l’ACE

Comme parent, vous pouvez dépenser l’ACE comme bon vous semble. Vous voudrez probablement l’utiliser d’abord pour la nourriture, les vêtements et les autres besoins liés aux enfants. 

Toutefois, s’il vous reste de l’argent après avoir acheté ce dont vous avez besoin pour prendre soin de votre enfant, voici d’autres façons de l’utiliser.

  • Cotiser à un régime enregistré d’épargne-études (REEE) – Comme les coûts de l’éducation et les dépenses quotidiennes ne cessent d’augmenter, mettre de l’argent pour l’avenir financier de vos enfants pourrait leur donner une longueur d’avance qu’ils apprécieront. Un (REEE) est conçu pour vous aider à économiser en vue des études postsecondaires de vos enfants et des dépenses connexes, comme le logement, l’épicerie, les livres, les frais liés à la technologie et au transport. En prime, le gouvernement vous aidera à économiser davantage grâce à la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE), par l’entremise de laquelle vous recevrez 20 % pour la première tranche de 2 500 $ que vous verserez dans votre REEE chaque année, jusqu’à concurrence de 7 200 $ à vie. D’autres subventions peuvent également être offertes dans certaines provinces.

  • Se procurer une assurance vie – Lorsque vous souscrivez une police d'assurance vie permanente tôt pour votre enfant, cela signifie qu’il sera assuré pour la vie, peu importe ses problèmes de santé futurs. L’assurance vie permanente comprend certaines caractéristiques permettant de faire croître l’argent à l’intérieur de la police au fil du temps (ce que l’on appelle la valeur de rachat). Cet argent peut être accessible du vivant de votre enfant. Lors du 25e anniversaire de votre enfant, la police peut lui être transférée à l’abri de l’impôt. Plus tard au cours de sa vie, votre enfant pourrait avoir l’option de toucher la valeur de rachat de la police pour compléter son revenu de retraite ou pour laisser lui-même un héritage financier.

  • Investir l’argent – Mettre de l’argent de côté pour votre enfant au-delà des frais de scolarité pourrait vraiment l’aider. Envisagez de cotiser à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ou à un compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

    Vous pouvez aussi verser une partie de votre ACE dans un compte d’épargne pour l’utiliser comme compte d’urgence ou pour des dépenses familiales imprévues.

Prochaines étapes

Maintenant que vous en savez plus sur la façon d’utiliser l’ACE, pourquoi ne pas rencontrer votre conseiller pour :

  • Établir un fonds d’urgence ou ouvrir un REEE, un REER ou un CELI

  • Découvrir les avantages de souscrire une assurance vie pour votre enfant

Partager

Les renseignements fournis sont fondés sur les lois, les règlements et les autres règles en vigueur s’appliquant aux résidents canadiens. À notre connaissance, les renseignements fournis sont exacts au moment de leur publication. Les règles et les interprétations sont susceptibles de changer, ce qui peut compromettre l’exactitude de l’information. Les renseignements fournis sont de nature générale et ne devraient pas remplacer les conseils qu’il convient d’obtenir lors d’une situation particulière. Pour des situations particulières, vous devriez consulter un juriste, un comptable, un fiscaliste ou tout autre conseiller professionnel approprié.