Passer au contenu principal

Mesures que prend la Canada Vie pour vous soutenir en cette période de COVID-19. En savoir plus

Votre navigateur Web est désuet. Pour une expérience optimale, utilisez un navigateur moderne comme Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Idées et conseils

Transformer l’épargne personnelle en revenu de retraite

Juillet 2021 - Temps de lecture : 15 min

Principaux points à retenir :

  • Votre épargne personnelle n’est qu’une partie d’un programme de revenu de retraite qui peut inclure des prestations du gouvernement et un régime de retraite d’employeur.

  • Il est important de savoir comment se comportent tous vos placements et votre épargne lorsque vous commencez à en tirer un revenu à la retraite.

  • Faire en sorte que votre épargne personnelle fasse partie d’un programme de revenu de retraite durable nécessite de la planification, de la rigueur et des conseils d’expert.

  • Il ne faut pas négliger les moyens créatifs de compléter votre épargne personnelle pour obtenir un revenu à la retraite.

Partager

Tirer le maximum de votre épargne-retraite personnelle

Vous avez soigneusement économisé de l’argent pour financer votre retraite, en le plaçant dans des comptes ou des actifs personnels, peut-être en plus de cotiser à un régime de retraite d’employeur, et des retenues sur votre chèque de paie pour les prestations du gouvernement comme le RPC ou la RRQ. Que faire maintenant?

À l’approche de la retraite, vous commencez probablement à vous demander comment transformer votre épargne en la retraite que vous avez toujours voulue. Vous pouvez également être anxieux à l’idée de faire durer cet argent toute votre vie, et même vous demander si vous avez suffisamment épargné.

Voyons comment votre épargne personnelle peut vous servir à la retraite – et comment vous pouvez faire en sorte qu’elle dure.

Épargner suffisamment pour la retraite

Avez-vous épargné suffisamment pour la retraite? Cela dépend. Le montant d’épargne personnelle dont vous aurez besoin pour la retraite dépendra d’un ensemble de facteurs. Voici quelques éléments à prendre en considération :

Avez-vous un régime de retraite de votre employeur?

Selon les particularités du régime de votre entreprise, une pension peut constituer un élément clé de votre revenu de retraite.

Quel est le coût de la vie à l’endroit où vous envisagez de prendre votre retraite?

Les dépenses quotidiennes – aliments, logement, activités et services – peuvent être nettement moins élevées en dehors des grands centres urbains; certains retraités choisissent même de s’installer à l’étranger pour cette raison.

Aurez-vous toujours des personnes à charge?

À l’approche de la retraite, vous avez peut-être encore des enfants adultes qui comptent sur vous pour une aide financière, ou même des parents âgés qui peuvent avoir besoin de votre aide.

Avez-vous des dettes qui vous suivront jusqu’à la retraite?

Si vous avez un prêt hypothécaire ou d’autres dettes (ce qui est le cas de la plupart des Canadiens), tenez compte des paiements dans votre budget.

Comment allez-vous occuper votre temps?

Nous sommes nombreux à vouloir consacrer notre retraite à la poursuite des passions ou des intérêts auxquels nous n’avons pas eu le temps de nous consacrer pendant notre vie active. N’oubliez pas de prendre en compte les coûts – comme l’abonnement à un club de golf, par exemple, ou le matériel artistique et les cours si vous vous mettez à la peinture – lorsque vous établissez votre budget.

Avez-vous l’intention de voyager?

Qu’il s’agisse d’une croisière de temps à autre ou de passer tous les hivers dans le sud, assurez-vous de tenir compte de cette dépense supplémentaire dans votre planification.

Êtes-vous propriétaire d’une résidence qui a pris de la valeur depuis que vous l’avez achetée?

Bien souvent votre plus grand actif, votre maison peut être une source de revenus une fois à la retraite, que vous la vendiez ou que vous choisissiez d’y rester et de trouver des moyens créatifs d’en exploiter la valeur. D’autre part, vous envisagez peut-être de faire des rénovations prévues depuis longtemps, ce qui représente un coût supplémentaire.

Avez-vous un époux ou un conjoint?

Si oui, a-t-il un régime de retraite d’employeur? Quel type d’assurance vie avez-vous? S’agit-il d’un régime distinct ou combiné? Quelle épargne s’y trouve, allez-vous mettre vos biens en commun, ou simplement vous répartir les dépenses? C’est également un moment important pour penser à la planification successorale.

Quel est votre état de santé?

À un certain stade, il se peut que vous ayez besoin de soins supplémentaires – comme un aide-soignant à domicile, par exemple, ou des rénovations pour améliorer l’accessibilité de votre maison – et que vous deviez faire la transition vers une résidence pour personnes âgées ou un établissement de soins de longue durée. L’assurance maladie peut également devenir plus coûteuse à mesure que vous vieillissez ou que votre état de santé change.

Avez-vous l’intention de travailler à la retraite? À quelles prestations du gouvernement avez-vous droit? Et quand devriez-vous les recevoir?

Toutes ces variables signifient que votre programme de revenu de retraite personnel « idéal » sera unique à votre situation. Le fait de faire appel à un conseiller en sécurité financière peut vous aider à déterminer ce qui convient à votre retraite et à planifier en conséquence.

Faire en sorte que votre épargne-retraite soit durable

L’une des plus importantes variables, bien entendu, est la durée pendant laquelle vous pourriez avoir besoin de votre épargne personnelle. Bien que personne ne puisse prédire l’avenir, nous vivons généralement plus longtemps que jamais, et une partie de cette période pourrait être passée dans une résidence assistée, ce qui peut être coûteux.

Faites appel à un expert pour vous aider à déterminer le niveau d’épargne approprié.

Si vous essayez de calculer jusqu’où votre épargne actuelle pourrait vous mener, pensez à la « règle des 4 % ». Ce conseil vous suggère de prévoir de retirer 4 % de votre épargne personnelle la première année, puis de rajuster chaque année en fonction de l’inflation. Par exemple : Si vous avez épargné 1 000 000 $, cela équivaut à 40 000 $ (avant impôts) par année pendant un peu moins de trois décennies – sans tenir compte des prestations du gouvernement ou de la pension du régime de retraite de l’employeur. Cela suppose un taux d’inflation de 1,9 % et un rendement annuel moyen de 3 %.

 

Limiter vos dépenses, établir un budget prudent et explorer les moyens de continuer à faire fructifier votre épargne à la retraite sont des mesures que vous pouvez prendre pour rendre cette perspective moins intimidante.

Comment les actifs que vous avez accumulés peuvent devenir un revenu à la retraite

1. Régime enregistré d’épargne-retraite (REER)

À l’approche de la retraite, pensez à maximiser vos cotisations à un REER : Non seulement elles réduiront votre revenu imposable maintenant, alors que vous êtes probablement dans vos années les mieux rémunérées, mais vous reporterez l’impôt sur cet argent après la retraite, lorsque vous serez probablement dans une tranche d’imposition inférieure. Bien sûr, cela ne vaut pas nécessairement pour tout le monde. Votre conseiller en sécurité financière peut vous aider à déterminer la stratégie qui vous convient le mieux.

  • Important : Avant d’avoir 71 ans, vous devez souscrire une rente ou transformer votre REER en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR).

2. Compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Contrairement au REER, que vous devez liquider dans un FERR, vous pouvez conserver votre CELI à vie. Cela signifie que vous pouvez continuer à verser des cotisations et à faire fructifier votre argent à l’abri de l’impôt aussi longtemps que vous le souhaitez et que les retraits ne sont pas imposables.

Il n’y a pas non plus de montant minimum ou maximum à retirer chaque année.

À noter également : Le revenu que vous pourriez gagner dans un CELI n’a pas d’incidence sur les prestations du gouvernement fondées sur le revenu, comme le Supplément de revenu garanti (SRG).

3. Votre portefeuille de placements non enregistrés 

Que vous ayez investi dans le marché boursier, que vous ayez des fonds communs de placement ou une police de fonds distincts ou que vous déteniez des obligations et des CPG, ces avoirs ont le potentiel de vous procurer un revenu de retraite au moyen de participations, ou en les vendant au besoin. À noter : Vous pouvez détenir tous ces actifs dans des REER, des CELI et des comptes non enregistrés.

Il est important de trouver un équilibre entre le maintien et la croissance de votre patrimoine et la protection contre les fluctuations du marché, en particulier lorsque vous vous préparez à la retraite et pendant la retraite. Au lieu de se concentrer à la fois sur la croissance et le revenu, un portefeuille géré en fonction du risque peut offrir un parcours de placement plus harmonieux pour aider à satisfaire les besoins d’épargne futurs.

Assurez-vous de travailler avec un conseiller pour faire en sorte que la composition de votre actif soit conçue pour la stabilité et ne présente pas la volatilité que vous étiez susceptible de tolérer lorsque vous étiez axé sur la croissance.


4.) Votre maison

Choisir de rester dans votre maison peut présenter certains avantages – vous espérez qu’elle continuera à prendre de la valeur, vous n’êtes pas certain de vouloir acheter ailleurs aux prix actuels –, mais peut aussi présenter des inconvénients, notamment des taxes foncières plus élevées, un besoin d’entretien à mesure que la maison prend de l’âge, et la possibilité que le marché ne soit pas aussi favorable qu’aujourd’hui si vous choisissez d’attendre.

La sagesse traditionnelle en matière de retraite nous dit : Quand vous prenez votre retraite, vous déménagez dans une maison plus petite, et vous utilisez le produit de la vente pour financer une partie de votre retraite. En 2021, cependant, ce n’est pas aussi simple. De nombreux retraités ont des enfants adultes qui vivent avec eux ou veulent s’assurer qu’il y a de la place pour leurs petits-enfants dont ils peuvent s’occuper à temps partiel.

N’oubliez pas : Il existe d’autres moyens pour que votre maison vous procure un revenu de retraite, notamment les suivants :

- Location de chambres ou d’une pièce au sous-sol à des locataires
- Location d’autres parties de la propriété – comme votre entrée, si le stationnement est très recherché dans votre région, ou votre piscine – grâce à des applications qui le permettent
- Revenu de location à court terme, qu’il s’agisse de chambres individuelles ou de l’ensemble de la propriété si vous vous trouvez dans une région où les touristes ou les voyageurs d’affaires peuvent avoir besoin d’hébergement
- Prêt hypothécaire inversé, bien que cela puisse avoir des répercussions sur la planification successorale

5. Autres actifs, comme les œuvres d’art, les voitures, les objets de collection ou d’autres objets de valeur 

Il ne s’agit peut-être pas de Monet ou de Maserati, mais vous avez peut-être acquis au cours de votre vie des objets qui ont de la valeur – une voiture classique, des bijoux ou une collection d’éditions originales de bandes dessinées. À l’approche de la retraite, vous souhaiterez peut-être faire évaluer convenablement ces objets et envisager de les vendre maintenant (ou plus tard) comme complément à votre revenu de retraite. Si vous n’en avez pas besoin immédiatement, pensez à investir les fonds ou à les affecter à la souscription d’une rente.

6. Vos compétences et connaissances

Ce n’est pas parce que vous êtes à la retraite que l’expertise que vous avez acquise tout au long de votre vie est sans valeur. Bon nombre de retraités continuent à travailler à temps partiel ou à titre de consultants, ce qui peut constituer une source de revenus utile.

Prochaines étapes

Maintenant que vous avez exploré certaines des façons dont votre épargne personnelle peut faire partie de votre programme de revenu de retraite, pourquoi pas :

  • Découvrir comment les prestations du gouvernement peuvent contribuer à compléter votre revenu à la retraite, et comprendre ce à quoi vous pourriez avoir droit

  • Si vous bénéficiez d’un régime de retraite d’employeur, en apprendre davantage sur son fonctionnement à la retraite

  • Prévoir du temps pour rencontrer votre conseiller afin d’élaborer un programme durable pour la retraite pour laquelle vous avez travaillé si fort